L’hôtel Mercure de La Roche retenu pour accueillir des équipes du Tour de France !

ARTICLE OUEST FRANCE DU 1ER JUILLET 2017

Pour la Grande Boucle 2018, les coureurs du Tour de France s’élanceront de Vendée. En coulisses, on s’active déjà. L’hôtel Mercure de La Roche a été retenu pour accueillir des équipes.

Pourquoi ? Comment ?

L’hôtel Mercure accueille pour la Grande Boucle 2018 des équipes cyclistes. Une première ?

L’hôtel, qui donne sur la place de la Vendée, n’en est pas à son coup d’essai. Loin de là ! Déjà, en 2011, trois équipes se pressaient entre ces murs pour le Tour de France. Une expérience que Laëtitia Sénéchal, la directrice de l’établissement, n’est pas prête d’oublier. « Ça m’avait vraiment impressionnée. Nous avions reçu trois équipes : la Française des Jeux, Liquigas-Cannondale et Omega Pharma-Lotto ».

Pour décor : un pôle antidopage, des salles de massage, des vélos d’entraînement, une armée de kinés… « Liquigas, une équipe italienne, avait même son propre camion et son propre cuisinier. Nous leur apportions la matière première. Ils ne voulaient pas que quelqu’un d’autre s’occupe de leur repas. » La raison ? Outre se prémunir des accidents alimentaires, « c’était pour la cuisson des pâtes », sourit-elle.

 

Comment les hostilités vont se dérouler en 2018 ?

Le 7 juillet, le Tour s’élancera du Gois jusqu’à Fontenay. Le 10 : direction La Roche pour s’envoler le lendemain à Cholet. « Amaury Sports organisation (ASO), l’organisateur du Tour, a réservé l’hôtel pour cinq jours. Nous ne savons pas encore le nom des équipes mais il y aura 90 personnes. » Et l’annonce du départ décalé de sept jours la semaine dernière, n’y a rien changé. « Pas grand monde ne réserve un an à l’avance. »

Derrière, les exigences font pâlir. Le cahier des charges détaille absolument tout : « On a exactement la portion, le type d’aliments, la marque de l’eau qu’il faut mettre » Des contraintes logistiques qui, associées aux besoins d’espace des coureurs, font que le Mercure de La Roche était « le seul à pouvoir accueillir autant d’équipes ». Des grandes suites se commuent ainsi en salle de débrief. Moins visible mais pourtant essentiel : les jets d’eau sont de sortie après chaque étape pour laver vélos et voitures. Il faut que ça brille !

 

Cette réservation, qu’est-ce qu’elle change pour la maison ?

Avant même que le parcours ne soit officialisé, l’hôtel est mis au parfum du départ en Vendée. « Lorsqu’ASO nous a appelés, j’étais très surprise. En deux jours, le devis était signé» Une véritable aubaine : la maison est alors complètement privatisée. 67 chambres à plus de 200 € la nuit… L’hôtel envisage ainsi de recruter pour l’occasion. « En 2011, nous avions pris deux extras à temps plein. »

Ce qui va changer, c’est aussi l’atmosphère du lieu. Exit l’habituelle clientèle d’affaire. « Ce sera ambiance tongs. Les cyclistes sont très accessibles ce qui n’est pas le cas de tous les sportifs. » Et puis, c’est aussi le début de la Boucle, le moment où les coureurs sont encore en forme, de bonne humeur, accessibles. Alors, dans une terre de vélos, les curieux ne devraient pas manquer. À coup sûr, les badauds se presseront pour glaner autographes et selfies aux côtés des stars du Tour.